Écricure

Le vent nous portera

Ecricure #1

Quelques heures que nous ne nous sommes pas parlé. J’hésite à lui envoyer un vrai message, au lieu de répondre bêtement à la vidéo qu’il m’envoie, mais je ne sais pas trop quoi lui dire. J’ai envie qu’il comprenne que j’ai réfléchi pendant ce long trajet en voiture, que j’ai un peu mûri. Mais je sais bien que pour être un minimum crédible et surtout pour garder cet état d’esprit sur le long terme, il faut que j’attende un peu. J’aimerais bien profiter de mes vacances, même si certaines de ses phrases me reviennent en tête. Il a le don d’être rassurant et stressant à la fois, si bien que je préfère tantôt nous imaginer seulement en petite pause pour prendre l’air, tantôt en pré-rupture pour éviter de cultiver l’espoir peut-être inutile de le revoir. Je sais qu’il doit sans doute pas mal réfléchir de son côté, les retrouvailles me font un peu peur, je sens le coup foireux où il décide soudainement de tout arrêter. D’un autre côté, il m’a quand même fait des sous-entendus - même davantage - comme quoi il resterait, que lui aussi voulait changer au mieux. C’est qu’il commence à me rendre folle…
Je n’ai pas trop de réseau et ce n’est pas plus mal, même si ça m’empêche de partager ce que j’écris sur mon « blog ». Au départ je n’étais pas fan de partager ce que j’écrivais mais écrire un journal intime juste pour moi me donne l’impression d’être schizophrène. Il y a quelque chose de réconfortant à se confier à des inconnus, à ne pas savoir si on est lu ou non.
Je vais tenter de poster quand même, je viens de voir que comme moi il essayait de maintenir le contact sans dire grand chose finalement, j’ai l’espoir que cette pause ne soit pas si dramatique que ça finalement.

Update : il vient de se passer quelque chose d’adorable. Angel ne veut pas que je parte sans lui en Bretagne, je crois qu’il a peur que je fasse draguer ou que je trouve mieux que lui. C’est vrai que je lui avais promis de ne jamais partir sans lui, et même si j’ai soif de liberté je ne peux pas lui faire ça. J’ai annulé mon plan d’y aller sans que mes parents soient au courant. Pour eux, la condition sine qua non, c’est que je sois accompagnée. Parie que s’ils avaient eu deux fils, ça n’aurait pas été la même. Mais bon, je comprends. J’ai plus de chance de me faire draguer, violer, etc… Ça m’énerve un peu de me restreindre par sécurité et ça m’étonne pas mal qu’Angel les rejoigne sur ça, lui qui chérit tant Dame Liberté. Mais j’imagine que ça ne doit pas s’appliquer à tout pour lui. Je ne comprends pas pourquoi il s’obstine à ne pas vouloir venir alors que ça se voit à des kilomètres qu’il en crève d’envie et que c’est ce qui nous faudrait pour nous réconcilier. L’endroit parfait…On s’arrêterait dans un petit village côtier. Les valises partiraient sous le lit double d’une auberge. On visiterait le village sous la brume, en quête d’un café ou au moins d’un pmu. Nous surveillerions la brume à travers les vitres dudit café, sirotant de délicieux chocolats chauds. Je ne veux pas d’aventures par procuration avec lui. Ce voyage en Bretagne pourrait lui rappeler notre but, l’idéal à atteindre. J’imagine qu’il doit prendre son temps pour déterminer si je suis assez mature ou non. En même temps, je ne sais pas s’il bluffait quand il prétendait ne pas m’accompagner. Combien de temps va durer cette pause ? Je me sens comme en début de relation, quand on commençait à pas mal se parler sur Insta, et que j’attendais ces réponses étincelles avec une pointe de joie. Je vais essayer de cultiver cela, de son côté aussi, même si j’avoue que je ne sais pas trop s’il ressent la même chose.

Une chose est sûre, si mes parents vont à G. par la suite, je ferai en sorte d’organiser une petite soirée pepouze chez moi, histoire qu’il se sente enfin à l’aise, pour une fois.